Recette de la tarte aux pommes à ma façon !

Bonjour Bonjour !

Je reviens aujourd’hui avec un article de pâtisserie. C’est le début de la saison des pommes, elles sont encore bien acides, juteuse, la peau est fine, c’est le moment ou jamais ! Faisons une tarte aux pommes !

J’en ai eu marre des tartes aux pommes classiques, hier, alors j’ai voulu innové. J’ai mixé plusieurs recettes, adapté à mes (nos) goûts de la maisonnée et le résultat est assez oufissime alors je partage avec vous !

Temps de préparation : 20 minutes
Temps de repos : 1h
Temps de cuisson : 10+15minutes

La tarte aux pommes à ma façon

C’est parti !!!

Je me suis inspiré de la recette de leklektik, et sa superbe tarte aux framboises !

La pâte sucrée

  • 250 g de farine
  • 150 g de beurre ramolli
  • 30 g de poudre de noisette
  • 90 g de sucre glace
  • 1 oeuf
  • 1 pincée de sel

Mélanger les différents ingrédients jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène.
Ne pas trop la travailler.
La laisser reposer au frais 1h
Mettez la dans un moule rond
Piquez et cuire la pâte 10 min à 210 degrés, la pâte va « s’affaisser » avec la chaleur

La garniture :

  • 4-5 pommes à cuisson  (+ un jus de citron, pas obligatoire)
  • De la cannelle
  • Un peu de poudre de noisettes
  • De la compote pomme/vanille
  • De la vanille liquide
  • Du beurre salé
  • Du sucre roux

Durant les 10 minutes de cuisson, couper les pommes et ajouter un peu de jus de citron (si celles-ci noircissent).
Sortir la tarte du four, attendre qu’elle refroidisse un peu, saupoudrer de poudre de noisettes et de cannelle, appliquer la compote à la cuillère (selon si vous l’aimez épaisse ou pas), ajoutez les pommes en les faisant se chevaucher l’une sur l’autre et en les insérant sous la pâte qui s’est affaissée sur les côtés à la cuisson. Ajouter des lamelles de beurre salé sur la tarte, saupoudrer de sucre brun. Enfourner encore 15 min à 180 degrés, suivre la cuisson, le sucre+le beurre ne font pas bon ménage si ils cuisent trop vite 🙂

Sortir la tarte du four et déguster avec une bonne glace à la vanille ou de la crème !

Bon appétit 😉

Publicités

La tarte aux quetsches bien d’ici : la tarte aux quetsches alsacienne !

Bonjour Bonjour !

Aujourd’hui un petit article pâtisserie, car c’est vendredi : la tarte aux quetsches !

Il existe différentes manières de la faire (avec ou sans flan, pâte salée, pâte biscuit, pâte feuilleté ect !). Je vous présente ici un petit mix, je n’ai pas vraiment suivi de recette mais je partage mon mélange avec vous :

Tarte aux quetches by foxandgold

Tarte aux quetches by foxandgold 🙂

 

Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 30/35 minutes

Il vous faut :

– Une pâte brisée ( maison svp, ça prend deux minutes !), la recette ICI
– Des quetches (ou prunes pour les intimes), environ 800g
– Un flan :

  • 2 oeufs
  • 75 g de sucre
  • 1 sachet de sucre vanillé (je préfère la vanille liquide)
  • 200 g de crème fraîche
  • un goutte de rhum

C’est parti !

– Préparez la pâte brisée comme indiqué dans la recette ICI
– Mettez là dans un plat à tarte ou dans des mini tartelettes et piquez la. Si vous n’avez pas le temps vous pouvez la précuire et déduire du temps de cuisson lorsque vous y mettrez les quetsches.
– Si les quetches sont trop acides à votre goût, saupoudrez le fond de la pâte à tarte avec du sucre roux et un peu de cannelle
– Coupez les quetches (pas trop mures sinon c’est le jus assuré !) en lamelles et abaissez les sur la pâte comme une tarte aux pommes
– Faites le flan en mélangeant bien tous les ingrédients, versez le sur les quetsches
– Saupoudrez d’un peu de sucre roux
– Enfournez à 180°, 30-35 minutes. Le flan doit être cuit, les quetches caramélisées. Laissez refroidir, déguster tiède avec une boule de glace à la vanille ou froide)

Miam ! Pensez cigognes, soleil et odeur du foin fraichement coupé en dégustant, c’est la saison !

THE anti cerne multi-fonctions : le stick correcteur Couvrance !

Bonjour bonjour !

Je suis de retour après une petite pause, déménagement oblige 🙂

Alors pour ce retour, je pensais vous faire part d’un de mes gros gros coup de coeur cet été : l’anti-cernes Couvrance « pinceau correcteur » !

Lors d’une balade entre amie, en mode no-buy je tombe nez à nez avec cette merveille dans la parapharmacie d’un Monoprix. On sait toutes et tous comment trouver un bon correcteur est compliqué ! Mauvaise tenue, mauvaise couleur, la matière qui coule dans les ridules ect ect.

Eh bien tout ça c’est fini ! Cette petite merveille est en faite un « pinceau correcteur » mais un idéal compagnon d’anti-cerne. Je sais que l’on dit souvent qu’il faut un anti-cerne de couleur en fonction de la couleur des cernes et blabla mais bon, qui fait comme tout le monde ?

Le principe du pinceau correcteur Couvrance ? Un pinceau fin, la matière se déverse en tournant les fesses du stylo on peut donc parfaitement la doser. La matière se répand uniformément dans le pinceau ce qui facilite l’application. La couleur est assez universelle, elle s’adapte bien au teint et illumine celui-ci juste ce qu’il faut sans avoir l’air d’un panda (vous savez le mascara + l’anti-cerne trop clair tout ça tout ça…). Je le porte bronzée et pas bronzée. Notez la discrétion sur le swatch ! Il existe deux couleurs (selon le site Avène) :

  • La teinte beige convient aux peaux claires.(c’est celui que j’ai)
  • La teinte beige-ambré est adaptée aux peaux mates.

Couvrance -pinceau correcteur

 

Swatch Couvrance correcteur

Swatch Couvrance

Bref, je le conseille et re-conseille. Ah, dernière chose ! On sait que ce type de produits (je sous entend « pinceau où il faut lui tourner son fessier pour que la matière sorte »), ne tient pas longtemps ! Eh bien celui-ci, je l’ai acheté en Juin et nous sommes en Septembre, usage quotidien et pas l’ombre du fin de stylo atteint !

Il marche aussi pour illuminer la paupière, les joues, cacher une rougeur ou en contouring ! Multi-fonctions le petit Couvrance !

Son prix : +/- 13.50 euros, dispo en parapharmacie

Alors, convaincu(e) ?

 

Genève, la ville où je vivrai un jour (quand je serai riche !)

Lors du dernier weekend de Pâques, nous avions quatre jours de libre, hors de question de rester à la maison, où pourrait-on aller ? Tiens, Genève !

Et nous voilà partis. A quatre petites heures en voiture de Strasbourg, la vignette (env.35euros) en main (ne pas oublier de changer vos euros habituels en francs suisse avant, vous payerez beaucoup moins de frais !), nous voilà en Suisse française.

Le temps maussade ne perturbe en rien notre bonne humeur, c’est parti pour une petite visite de la ville. Nous avons eu des guides made in Switzerland, nous allons donc à l’essentiel ! Oui ne pas devoir trouver d’hôtel est un sacré avantage vu les prix scandaleux, je vous conseille sinon de chercher un hôtel en France, par exemple vers Ferney-Voltaire (lien google maps). C’est à 15 bonnes minutes du centre de Genève, en voiture, et vous aurez dormi dans la ville de Voltaire !

Retournons au centre ville de Genève. Outre le magnifique, et ultra connu, lac et son jet d’eau, la vieille ville mérite que l’on y passe ! Vous aurez l’impression de vous retrouver dans le roman de Camus, La Peste (sans la peste bien sûr) avec ses vieilles bâtisses, ses multiples structures architecturales datant de divers temps, ses pavés et ses  restaurants tous plus mignons les uns que les autres. Attardez vous dans les parcs, avec une sublime vue sur les Alpes, vous pourrez vous assoir sur le banc qui, paraît-il, est le plus long du monde. ( au dessus du mur des Réformateurs qui mérite, aussi le détour, je vous laisse le découvrir !)

Cathédrale Saint-Pierre - Veille ville

Cathédrale Saint-Pierre – Veille ville

Petit restaurant - Veille ville

Sûrement le banc le plus long :-)
Sûrement le banc le plus long 🙂

Puis, avancez doucement vers la « nouvelle ville ». Vous pourrez vous en mettre plein la vue et faire souffrir votre porte monnaie. Toutes, je dis bien toutes, les grandes marques de luxe y sont. Si vous poussez encore plus loin (à pied, c’est loin mais prenez les transports et, par pitié, payez-les ! Sinon vous avez le droit à plus de 200euros d’amendes, je sais de quoi je parle !) vers le mythique et incontournable Office des Nations Unis, l’ONU ! Ce qui m’a le plus marqué à Genève, c’est les différences culturelles et ethniques dans la ville. Sans parler du Genève « riche » qui se termine en traversant une rue pour tomber dans un Genève beaucoup plus pittoresque, pour ne pas dire… pauvre. Si vous voulez vraiment vous imprégner de la ville, allez dans les deux. N’ayez pas peur, jeunes femmes, vous n’y risquez rien (contrairement à Strasbourg la nuit…).

Veille Ville

Veille Ville

Pour les amateurs de marchés et brocantes, il y a très souvent des marchés le long du lac, sur la promenade, vous y trouverez des petites merveilles pas chères, de bons souvenirs.
Je vous conseille de vous rendre sur le site de la ville de Genève, très bien fait et très clair, si vous êtes adepte de l’organisation avant de partir. Personnellement, nous sommes plutôt adeptes du « je pars à l’arrache on verra bien ! ».
Si vous passez plus de temps à Genève, et que vous êtes adeptes de culture, il y a de nombreuses expos, de nombreux musées qui valent le coup, paraît-il ! (Voici le site culturel de la ville ).

Bref, revenons à nos moutons. Visiter c’est bien beau mais ça creuse ! Et maintenant, on a faim et soif !
Alors où aller manger ? Si vous avez les moyens, la rive gauche et la rive droite regorgent de restaurants et hôtels hors de prix. Sinon, vous ne pouvez que y passer pour vous rincer l’oeil sur de belles voitures.
La vieille ville regorge de petits restaurants plus ou moins abordables, mais ce que je vous conseille si vous avez peu de moyens et que vous voulez vous mêler à la population est le Bains des Pâquis. Situé rive droite, dans le quartier, moins riche, du Pâquis
. L’été vous pouvez vous y baigner dans le lac (entrée payante évidemment), l’hiver vous pouvez vous détendre dans le spa, mais surtout, vous pouvez y manger une vraie fondue au crémant pour votre argent. Logés dans une salle abritée par des tentes, chauffée, assis sur des bancs vous pouvez déguster votre fondue au fromage pour 23 francs suisses par personnes et pour 4 francs suisse de plus, vous avez un verre de vin avec. La fondue est largement suffisante, servie avec du pain (charcuterie en supplément) et un dessert. Vous pourrez finir la soirée assis au bord du lac.

Pour continuer votre soirée, il existe évidemment de nombreux bars, étudiants, dans le quartier du Pâcquis, vous ne pouvez pas trop vous tromper ! Bonne visite et n’hésitez pas à me dire comment vous trouvez Genève !

En vous écrivant, j’écoute : Uffie_Difficult